Le succès ne rencontre pas les timides
Vaincre sa timidité avec les défis sociaux
On n'entre pas en relation avec les autres car on craint leur réaction parce qu'elle est imprévisible ! On essaie de deviner ce qu'ils vont répondre, mais faut admettre qu'on n'y arrive pas bien. Autant se jeter à l'eau ! Qu'est-ce qu'on risque ? Un coup de griffe à l'égo ! Voilà ce qu'on risque ! Qui aime ça ? Dans cette vidéo, je te propose une astuce ludique pour "transcender" cette peur : les défis sociaux !

Notes personnelles en plus de la description de la vidéo, au dessus de celle-ci l

Texte de la vidéo

Je te connais pas, mais peut-être que la peur du rejet et d’avoir l’air con te paralyse au point de ne jamais rien oser faire en public ni demander à qui que ce soit.

On contrôle pas la réaction des gens, c’est ça qui fout les jetons.

Tu crois que moi, j’ai jamais peur ? Je te donne l’impression d’être quelqu’un d’assuré, mais c’est un personnage que je joue devant la caméra.

Méfie-toi des apparences : personne ne gueule sur les toits qu’il craint les râteaux !

Je vais te proposer un petit jeu pour débloquer un peu tout ça.

Il y a quelques années, pendant la période de Noël, je me baladais avec des amis en fin de soirée dans une grande place, et on s’amusait à se donner des petits défis. Pas des trucs dangereux comme boire un litre de whisky” [Neknomination], ou faire du vélo sans les mains, non non non, des trucs qui paraissent idiots a priori comme demander à quelqu’un d’essayer ses lunettes, ou entrer dans un bar avec un soutien-gorge sur la tête, des trucs comme ça.

Ce soir-là, Alexandre m’a proposé de décrocher une boule de Noël de l’immense sapin qui se trouvait là, et demander à un inconnu de la remettre en place.

Ca a l’air simple comme ça, mais quand t’as rien bu ni rien fumé, c’est pas pas évident, parce que j’avais pas le droit de dire que c’était pour un jeu. En gros, il fallait affronter deux trucs qu'on déteste : passer pour un con et se faire dire non.

Enfin… Moi, si je vois quelqu’un qui parle aux gens avec une boule de Noël, je le prends pas pour un con, j’essaie surtout de comprendre ce qu’il fait !

Je me rappelle une fois, je regardais deux ados qui partageaient une paire d’écouteurs à l’arrêt de bus. Elles riaient, elles dansaient. Des ados, quoi ! … Mais dès qu’elles ont vu qu’on les regardait, elles se sont figées, comme ça. J’avais envie de leur dire : “Pourquoi vous arrêtez ? C’était cool de vous voir éclater de vie ! En fait, vous avez eu l’air con à l’instant où vous avez eu peur d’avoir l’air con !”

Bon, bref : je décroche une énorme boule rouge du sapin et je cherche autour de moi quelqu’un qui pourrait jouer le jeu pendant que mes amis observent d’un peu plus loin.

Je me sens un peu seul au monde, là.

Je vois un couple d'amoureux qui se balade. Ils ont l’air sympa. A mon avis, ça va le faire ! Je m’approche doucement, bien en face, pour pas les effrayer

- Bonsoir !

Le mec me fusille du regard :

- Ca ne nous intéresse pas !

Il a pris sa copine par la taille et ils se sont barrés tellement vite qu'ils ont failli se péter la gueule !

Ça c'est fait.

Bon ben on va changer de tactique : si c'est pour me faire envoyer chier, autant le faire exprès; je vais demander à quelqu’un qui n'a aucune chance d'accepter, comme ça, y’a pas de surprise !

Et là, je vois un mec qui sort d’un bistrot. Mais alors putain, le gars ! Coiffé comme un dessous de bras, une veste dégueulasse, la braguette ouverte, il titube !

Le candidat idéal : il va juste me dégueuler dessus, ça fera marrer tout le monde, c’est parfait. Je vais à sa rencontre, avec ma boule :

- Bonsoir !

- Il me regarde : ”Bonjourrrrr”

- Est-ce que vous pourriez raccrocher cette boule au grand sapin, là plus loin ?

- Je lui donne, il la prend.

- Faut que je fasse quoi ?

- La remettre sur le sapin

- Ah ouaiiiis... ouais !

Et il me suit.

- Voilà : vous la raccrochez là

- Mais comment ? Comme ça ?

- Oui oui

- Putain, il l'a fait ! j’ai réussi, quoi ! J’y crois pas !

- Merci monsieur ! Bonne soirée !

- Bonne soirée les jeunes !

Je l'ai regardé partir. Il souriait. Il marchait droit. Si ça se trouve on lui parle jamais, et pour une fois qu’on lui demande quelque chose, il était super-content, je sais pas...

Mais y'a un truc qui m'a choqué, vraiment !

Je suis dans ma propre ville ! Je demande quelque chose à quelqu’un que je suis sûr qu’il va dire oui, et il me dit non, et après, je demande à quelqu’un que je suis sûr qu’il va dire non, et il me dit oui ! Je connais pas du tout les gens en fait !

Un autre coup, on était dans un café, et un peu plus loin, y’avait une dame qui lisait un livre, et elle avait un autre bouquin à côté d’elle. Mon défi était de lui demander de me le donner, peu importe qu'elle dise oui ou non, parce que là, c’était quand-même évident qu’elle allait m’envoyer sur les roses.

Bonjour.

Bonjour...

Est-ce que vous pourriez me donner ce livre ?

De quoi ? Celui-là ?

Oui

- Mais euh… Vous voulez que je vous le prête pour le lire ici ?

- Non, vous me le donnez et je m’en vais

- Mais pourquoi est-ce que je vous donnerais mon livre ?

- Parce que je vous le demande.

- Mais il vous intéresse ?

- Je ne sais pas. A vous de savoir si vous me le donnez ?

Elle a hésité, puis elle me l’a tendu !

J’étais tellement sur le cul que je savais pas quoi faire ! Je lui ai juste dit “Merci”, et je me suis barré !

Alors on pourrait me dire : “C’est salaud ! Tu lui as piqué son livre !”... Ben heu non, elle me l’a donné. Oui, c’était dans le cadre d’un jeu, mais elle le savait pas. Moi, j’apprends à demander, mais faut que les gens apprennent à dire “non” aussi !

A chaque défi, on avait l’impression qu’on n’y arriverait jamais, comme le comédien qui a le trac avant d’entrer en scène : une fois que tu t’es jeté à l’eau, tu constates que t’avais peur de … rien, finalement.

Un truc tout con : ton défi, c’est de donner 10 euros à quelqu’un au hasard. A priori, c’est facile : pourquoi on refuserait ? C’est ce que je me suis dit.

Eh ben je me suis fait ramasser parce que le mec a cru que je le prenais pour un mendiant !

Ben tiens, est-ce que tu serais capable de t’asseoir par terre pendant un quart d’heure dans une rue très passante d’une ville où personne te connaît, et de poser un petit récipient devant toi avec un carton : “Pour boire et pour me droguer. Merci.” Et tu regardes tout le monde dans les yeux en souriant…

Je peux pas te dire ce qui va se passer, je l’ai pas relevé, ce défi.

T’as l’impression que tu “sais déjà” ce qui va se passer. Les regards fuyants ou méprisants. Tu vas peut-être même tomber sur un fou qui va te faire bouffer ton carton, appeler les flics, et tu vas finir en prison ! On sait jamais !

Tu les entends, toutes ces idées préconçues qui se bousculent dans ta tête ?

Mais tu crois pas que c’est justement ce que tu imagines qui t’empêche d'entrer en communication avec les gens ?

Relever des défis marrants avec des inconnus, est-ce que c’est pas une manière sympa de comprendre le monde plutôt que de le supposer ?

Propose à quelques amis de relever quelques petits défis comme ça. Dans “propose”, y’a “ose”, c’est déjà un défi... Quoi ? Tu connais déjà leur réponse, t’as pas besoin de leur poser la question ? Ah ouaiiiis ! T’es extralucide !

Ben pas moi. A la minute où je te parle, j’ignore complètement quelle va être la réaction des gens qui ont regardé cette vidéo. C’est mon défi d’aujourd’hui