Ne t'inquiète pas trop : dans cent ans, tu seras ailleurs !
Angoisse : mode d'emploi
L'angoisse n'est pas un "ennemi intérieur"; c'est le fruit amer de notre intelligence. Notre esprit essaie désespérément de deviner les conséquences de nos décisions. C'est un fonctionnement nocif, mais logique de notre cerveau qui nous fait parfois faire des crises d'angoisse !
Pour cliquer sur "J'aime" (le pouce en l'air), il te suffit de cliquer sur "YouTube" en bas à droite de la vidéo, afin de visionner cette vidéo directement dans YouTube. Tu pourras alors aussi cliquer sur "S'abonner" afin de recevoir une notification dès que je publie une nouvelle vidéo.


_

Texte de la vidéo

A la base, notre cerveau n'est pas destiné à nous faire comprendre des trucs. Il nous aide juste à survivre.

Quand il capte quelque chose qui le stresse, il nous met en état d'alerte.

On peut être angoissé par le terrorisme ou des fantômes mais aussi par une mauvaise décision, se faire dire non, paraître ridicule, perdre le contrôle, la maladie, les accidents, la mort. De nous ou de quelqu'un de proche.

Tu peux même avoir peur d'avoir peur (Phobophobie)

Je te connais pas, mais peut-être que tu es arachnophobe; si tu vois une araignée, c'est ton système limbique qui va gérer ton émotion.

Toute information captée par nos sens passe par le thalamus. Le message est envoyé au cortex préfrontal pour analyser la situation mais si c'est une alerte maximum, l'information est directement transmise aux amygdales cérébrales qui vont stimuler les glandes surrénales qui vont produire les hormones du stress, comme l'adrénaline ou le cortisol.

Ton rythme cardiaque et ton flux sanguin s'accélèrent. Tu respires vite, tu contractes tes muscles. Tu transpires.

En bref : ton corps est prêt à affronter le danger.

Le problème, c'est que la plupart de nos angoisses ne se règlent pas juste avec un coup de chaussure ! ... L'angoisse, c'est le fruit amer de l'intelligence, parce qu'un animal primaire tel qu'une araignée n'a pas conscience que si tu es parti c'est pour revenir avec un aspirateur.

Notre cerveau essaie désespérément de de projeter les conséquences de ses décisions. Son moteur tourne à plein régime, mais c'est comme si tu appuyais à fond sur le frein et l'accélérateur en même temps : tTu t'épuises, mais t'avances pas !

Imagine : t'arrives chez toi : ta porte a été forcée. Tu t'es fait piquer ton ordi avec des trucs hyper importants dessus. Tout ce truc-là recommence . T'es prêt à bondir, mMais sur quoi ? ... Il s'est barré depuis longtemps, le cambrioleur !

Tu te sens impuissant, c'est ça qui peut faire une crise d'angoisse.

T'as la gorge serrée, sèche, tu bégaies ou tu peux même plus parler, tu trembles, t'étouffes, t'as la nausée, des frissons. T'es déboussolé au point où tu crois que tu deviens fou.

T'as l'impression que tu vas crever, mais en vrai, une crise de panique, c'est pas grave du tout. Faut juste laisser le temps à ton corps d'évacuer les substances qu'il vient de générer.

Si ça t'arrive, garde à l'esprit qu'elle a toujours une fin, comme une crise d'épilepsie. Ca dure en général de quelques minutes à une demie-heure

Dans un jeu vidéo, tu joues ta vie à chaque instant mais y a pas d'angoisse, parce que tu peux recommencer le jeu à l'infini comme si t'avais une assurance-vie qui te ressuscite chaque fois que tu meurs, mais dans la réalité, une assurance-vie, maladie, accident ou vieillesse, n'empêchera aucun de ces événements

Imagine que ton job n'est assuré que si tu acceptes de déménager dans un autre pays : le choix est simple mais c'est toi qui doit décider, et quelque soit ton choix, y'aura d'énormes implications dans ta vie et celle de tes proches.

Trouver un logement, une école, t'intégrer, ... Un choix tout simple, hein, oui-non. Mais qui génère des kilomètres d'interrogations qui tournent en boucle dans ton esprit.

L'angoisse, c'est de savoir que toutes ces questions trouveront leur réponse quand les dés seront jetés depuis longtemps.

"Si j'avais su", mais tu ne pouvais pas savoir : tu es responsable, pas coupable.

Ton destin se construit avec tes décisions entremêlées d'une galaxie de facteurs que tu ne maîtrises pas. C'est comme ça.

Bonne nouvelle : Une fois ta décision prise, l'angoisse disparaît, comme le trac du comédien juste après qu'il soit entré en scène. Tu regretteras peut-être ton choix, comme tu regrettes aujourd'hui certaines décisions passés mais le regret, c'est plus de l'angoisse. C'est des souvenirs.

Ce que tu as décidé et ce qui t'es arrivé dans le passé ont bâti ta vie d'aujourd'hui.

Bon, certains souvenirs sont vraiment épouvantables, comme un viol par exemple. Les innombrables heures perdues à revivre mentalement cette horreur font ce qui s'appelle "un traumatisme" L'angoisse c'est imaginer des scénarios traumatisants qui pourraient éventuellement peut-être, arriver un jour.

Compare toutes les fois où tu t'es fais du mouron pour rien avec le nombre de fois où tu t'es angoissé à raison. C'est complètement disproportionné. Le plus absurde, c'est que le fait que tu te sois bouffé les nerfs a juste titre n'a pas du tout empêché le malheur de se produire.

On angoisse à l'idée de perdre mais aussi de ne pas gagner. Tu joues au loto, t'as pas peur de perdre puisque tu t'attends pas à gagner, mais si tu gagnes et que t'as perdu ton ticket, là, c'est l'angoisse ! Parce que tu espères vraiment le retrouver. Pourtant, si tu le retrouves pas, c'est exactement comme si t'avais jamais coché les bons numéros.

On passe notre vie à attendre et à redouter des choses qui n'arrivent parfois jamais, que ce soit l'amour ou la rupture, un engagement ou un licenciement, dix kilos de moins ou dix kilos de plus.

T'attends trop? Tu déprimes : antidépresseurs... Tu redoutes trop ? T'angoisses, anxiolytiques.

Ta personnalité et ton vécu peuvent être un terrain qui te prédispose à l'angoisse; je te connais pas mais peut-être que tu te sens incompris, que tu crains le regard des autres ou que t'es naturellement timide.

Peut-être que tu es superstitieux : ça t'angoisserait de participer à une séance de spiritisme mais en même temps, tu te rassures en te faisant prédire l'avenir par le voyant du coin.

Pour éviter l'angoisse, tu peux vider ton existence : n'affronte plus les difficultés, ne relève pas de défis, abandonne tes projets, tes envies, tes rêves
Démissionne de ta vie et reste cloîtré chez toi. Comme ça, tu ne redouteras plus rien, et tu ne souffriras donc plus. Tout ce que tu attendras, c'est que la maladie et la mort viennent t'emporter discrètement.

Ou alors... Prends exemple sur les trapézistes : Savoir tenir bon, et savoir lâcher prise !

Tu flippes beaucoup moins quand tu as le contrôle de la situation. Je te connais pas, mais peut-être tu te sens plus en sécurité au volant de ta bagnole que dans un avion. Pourtant, en 2017, il y a eu 44 morts en avion dans le monde. Et 3700 morts sur les routes juste de France.

Peut-être que c'est le moment de prendre rendez-vous chez ton dentiste pour ton contrôle annuel. Peut-être que tu le fais pas parce que t'as peur qu'il trouve des problèmes. Pas facile de faire quelque chose de déplaisant pour éviter des conséquences encore plus déplaisantes, hein ?

Tout ce qui nous angoisse, on le repousse, on procrastine (on reme tua lendemain), et le temps qui passe rend les choses de plus en plus graves, urgentes, et donc angoissantes.

Il y a deux genres d'événements : ceux que tu devras gérer de toute façon, comme aller chez le dentiste ou déclarer tes impôts. Ces choses-là, empoigne-les, MAINTENANT !

Et il y a les événements qui peuvent se régler par eux-mêmes ou qui n'arriveront peut-être jamais : ta migraine peut passer toute seule. Ton fils s'est acheté une moto, ça veut pas dire qu'il va se péter la gueule avec. Ces choses-là, LÂCHE PRISE !

Regarde comme il est vicieux, le cercle : tu dois préparer tes examens, mais t'as la flemme. donc tu les prépare pas. donc tu culpabilises. donc t'angoisses. donc tu dors plus. donc t'es fatigué. donc t'as la flemme.

L'angoisse, c'est pas un ennemi, c'est un fonctionnement mental nocif mais logique.

Ce sont les coulisses du théâtre de ta vie et de tes projets.