Le destin se prononce parfois "fatalité".
Le dilemme du parapluie
Il pleut. Tu entres dans un grand magasin, et tu laisses ton parapluie à l'entrée, avec les autres. Au moment de t'en aller, tu constates qu'on t'a volé ton parapluie ! ... Repars-tu mouillé sous la pluie, ou piques-tu un parapluie à ton tour ? Laisse-tu faire le destin, ou le prends-tu en main ? Te laisse-tu guider par tes principes ? Voyons-ça au travers de cette vidéo !
Pour cliquer sur "J'aime" (le pouce en l'air), il te suffit de cliquer sur "YouTube" en bas à droite de la vidéo, afin de visionner cette vidéo directement dans YouTube. Tu pourras alors aussi cliquer sur "S'abonner" afin de recevoir une notification dès que je publie une nouvelle vidéo.

-

Texte de la vidéo

Il pleut. Tu entres dans un grand magasin, et tu poses ton parapluie à l’entrée, avec les autres.

Tu remarques par hasard que quelqu’un y a déposé un parapluie identique au tien.

Tu te balades dans le centre commercial, et à l’autre bout, il y a quelques écrans de surveillance accrochés au mur.

Un de ces écrans montre l’entrée du magasin, et ton attention est attirée par quelqu’un qui a l’air d’hésiter à sortir et qui lorgne sur les parapluies.

Ca y est ! T’as compris ! Il va en piquer un !

Je te connais pas, mais peut-être que tu tu pries très fort : “Pas le mien, putain, prend celui d’à côté, il est mieux !”

Suspense…

Pas de bol : il a choisi le tien. Tu le vois qu’il l’ouvre et il se barre en courant sous la pluie.

Ca te fait chier, tu retournes vers l’entrée, et oui, ben t’as pas rêvé, hein, tu te l’es fait braquer !

Bon là, tu dois y aller, t’as un rendez-vous. Tu fais quoi ? Tu sors la tête sous la pluie les mains dans les poches ?

ou … tu piques discrètement l’autre parapluie, là, le même que le tien ?

Je te connais pas, mais si tu le laisses là, c’est bizarre parce que quand t’étais au fond du magasin, t’as quand-même souhaité très fort que ce soit pas ton parapluie qui disparaisse.

Non, parce que là, tout de suite, pour exaucer ton voeu, c’est facile, hein : t’as juste à embarquer celui d'à côté.

Ca change rien pour le vrai propriétaire : qu’il se le fasse piquer par toi ou par quelqu’un d’autre, Pfff… C’est kif-kif.

Dans c’t’histoire, il y aura forcément une victime… Et tu voulais PAS que ce soit toi.

En bref, t’as souhaité qu’un événement se passe, MAIS... tu veux pas en assumer la responsabilité. Tu préfères être volé que voleur. Tu te mets à la place des autres. Bravo.

Mais si le voleur avait choisi le parapluie d’à côté, est-ce que tu aurais sacrifié le tien en le laissant à la place de l’autre ? Bah non ! T’es “Bon” mais pas “con”. C’est le destin qui a décidé.

Maintenant, imagine que tu viens souvent dans ce magasin. T’as constaté que l’autre parapluie, là, qui ressemble au tien, il traîne là depuis deux mois, hein, il a été oublié. Il va sans doute finir dans un placard. ou à la poubelle... ou être volé par quelqu’un d’autre dans la journée.

Je te connais pas, mais peut-être que même dans ce cas-là, tu te refuses à le piquer, par principe.

C’est bien d’être honnête mais quand tu remplaces la réflexion par des principes,

la volonté par des souhaits, et que tu laisses le destin s’occuper de toi, tu conduis pas ta vie, tu la regardes passer.

Comme une vache regarde passer un train. Sous la pluie.

En attendant de se faire traire.