Tu es différent ! ... Comme tout le monde.
Le retard mental
Un enfant victime d'un retard mental, c'est un enfant différent. Mais "Différent"; ça sonne comme une insulte.
Pour cliquer sur "J'aime" (le pouce en l'air), il te suffit de cliquer sur "YouTube" en bas à droite de la vidéo, afin de visionner cette vidéo directement dans YouTube. Tu pourras alors aussi cliquer sur "S'abonner" afin de recevoir une notification dès que je publie une nouvelle vidéo.

 

Texte de la vidéo

On est dans le nord de la France en 1980, le petit Philippe Chevalet a 6 ans.

Il a appris à marcher plus tard que les enfants de son âge, il ne parle pas beaucoup; il est pas très réactif.

Sa maman Eliane le répète : il n’a pas de retard mental. Il est juste différent.

Seulement, les enfants “différents” ne peuvent pas suivre l’école normale. Philippe ne fait pas exception.

Il est donc inscrit à l’école spécialisée du Pré fleuri.

C’est ainsi.

Son institutrice, c’est Denise Maraîcher. Une femme consciencieuse qui adore son métier. Elle a tout de suite pris Philippe dans ses bras, elle l’a rassuré.

Oui il a un retard mental, mais Denise a un tel savoir-faire qu’elle réussit à faire presque oublier la “différence” du petit Philippe, y compris dans la tête de sa maman.

Le temps passe. Beaucoup de temps.

 

[32 ans plus tard, nous sommes en 2012]

 

Denise Maraîcher, institutrice à la retraite, se fait renverser par une voiture. Elle a les deux jambes écrasées et six côtes cassées.

On l’emmène de toute urgence à l’hôpital, direct au bloc opératoire ! 16 heures sur le billard. 16 heures !

Le truc, c’est que le chirurgien de garde qui a mené l’opération, c’est un gars un peu particulier : il bosse beaucoup à l’intuition. Il prend des décisions médicales parfois… “surprenantes”.

Le directeur lui a déjà remonté les bretelles plusieurs fois :

- Si vous voulez être créatif, faut être décorateur de théâtre, pas médecin !

Mais comme au final, ses opérations se déroulent toujours très bien, y’a pas de réel motif de licenciement. Et cette fois-ci encore, tout s’est bien passé.

Denise boitera … mais elle remarchera ! C’est le docteur qui l’a dit.

Bon, là, tout de suite, on roule son lit jusqu’à la salle de réveil. Le chirurgien a prévu de lui rendre visite dans une petite heure.

 

Denise se réveille prématurément parce qu’elle a du mal a respirer. Plus exactement, elle n’y arrive plus du tout.

Elle est trop faible pour même lever un bras. Elle peut pas crier, hein, aucun moyen d’appeler au secours !

Y’a un truc pas normal parce qu’elle est vraiment bloquée ! Putain, 16 heures d’opération, elle va quand-même pas crever aussi bêtement ?

Elle n’est même pas seule, y’a le personnel de nettoyage dans la salle ! … Mais ils surveillent la poussière, pas les patients. Et les autres patients... ils dorment.

C’est donc dans une salle de réveil qu’elle s’endort définitivement.

Il a un humour bien à lui, parfois, le destin, tu trouves pas ?

Un peu plus tard, un peu trop tard, donc, un homme en blouse blanche s’approche tout doucement du lit de la malheureuse. Il est grand, il a des lunettes discrètes, et des cheveux noirs très courts.

C'est Philippe. Oui, oui : Philippe Chevalet. L’enfant “différent”.

Il a été engagé comme "agent de propreté et d’hygiène" la semaine passée. Et là, il vient récupérer son téléphone portable qu'il avait branché à la place du respirateur artificiel de Denise, qu'il n'a pas reconnu du tout, le temps de balayer la salle.

 

Un enfant qui souffre d'un retard mental, c'est un enfant différent.

Non, mais sérieux : tu as vraiment cru que Philippe aurait pu devenir chirurgien ?

Ah Oui ?! ... C’est peut-être parce que toi aussi, tu es un peu… “différent” ?

Qu’est ce qu’il y a ? T’as l’impression que je me fous de ta gueule ? …

Bah il est là, le problème, c’est que “Etre différent”, Ca sonne comme une insulte.